Close

Derniers Posts

Le coup de chaleur
Qu’est-ce que c’est ? Le cheval est capable de réguler sa température interne de deux manières : -       En...
le juil. 26, 2018 | par Equi-well
Guide des Plantes
Pour en savoir un maximum sur les plantes !
le juin 29, 2018 | par Equi-well
Focus sur les soins aux chevaux
Ça y est, vous venez d’acquérir votre cheval. De multitudes de questions se bousculent et notamment comment être un...
le juin 8, 2018 | par Equi-well

La dermite estivale

Posté le: juin 7, 2018 | Auteur: Equi-well

La dermite estivale récidivante des équidés (DERE) est une maladie chronique de la peau et du derme. Elle apparaît au printemps, perdure durant l’été pour disparaitre progressivement pendant l’automne. Chez les chevaux atteints, les signes apparaissent tous les ans et souvent sont de plus en plus importants.

Elle est causée par une réaction allergique du cheval à la salive de moucherons de type Culicoïde. Ces insectes en piquant le cheval déclenche ce phénomène. Selon certaines études, 10% des chevaux seraient concernés.

 

Quels sont les signes ?

La DERE est une affection très prurigineuse. Le cheval ressent alors un besoin important de se gratter sur tous les supports possibles. Ces démangeaisons entrainent souvent d’autres complications : crins abimés et cassés, croûtes, perte de poils, plaies… Lors d’importants grattages, les plaies peuvent également s’infectées.

Dans les cas les plus extrêmes, certains chevaux peuvent refuser de manger et ainsi perdre du poids. La DERE peut aussi entrainer une nervosité importante.

Chez certains sujets, les signes deviennent chroniques et ne disparaissent plus en hiver.

Les zones de démangeaisons sont en général : la crinière, l’encolure, le garrot, la croupe, la queue et chez certains sujets le ventre.

 

Quand peut apparaître la DERE ?

En règle générale, les premiers signes apparaissent entre 2 et 6 ans. Ce serait l’exposition aux allergènes durant les premières années de vie qui seraient responsables de cette hypersensibilité.

 

Les facteurs de risque génétiques et environnementaux

Il semblerait qu’il existe un facteur d’origine génétique mais, à ce jour, les gènes impliqués n’ont pas été identifiés.

Les insectes responsables de la DERE sont présents dès que les températures dépassent 10 à 15°C, ce qui explique le fait que les signes apparaissent à partir des mois de mars / avril. Ces insectes sont très actifs en fin de journée et pour certains également la nuit. Les femelles pondent dans des zones humides ; la proximité de zones boueuses, de points d’eau (mare, étang, cours d’eau…) augmentent ainsi le risque pour les chevaux de se faire piquer. Ces insectes vivent principalement à l’extérieur et rentrent rarement dans les écuries.

 

Comment diagnostiquer la DERE ?

Le diagnostic de la DERE se fit principalement sur l’observation de ces signes cliniques (zone de démangeaisons, saisonnalité…).

 

Que faire ?

La prévention reste la meilleure protection du cheval. Elle doit se faire de façon précoce, c'est-à-dire dès le début du printemps.

Il est important d’agir sur l’immunité, de soulager le phénomène de démangeaisons, de veiller à éviter que les plaies ne s’infectent et de protéger les chevaux des piqures (répulsifs anti insectes…).

Il faut également veiller à l’environnement du cheval.

 

Nos conseils

En interne :

Derma Cool : mélange de plantes pour lutter contre les effets de la DERE et des démangeaisons. Cures à commencer dès le printemps.

 

En externe :

Derma cool Crème : crème anti démangeaisons

Cool Fly, Paska Fly : répulsif pour éviter les piqûres d’insectes

Commentaires (0)

Pas de commentaires

Close